Très « cher » Papa Noël, emmène moi en Laponie !

pere_noel_traineau_laponie_finlande-628x600La marque « Papa Noël » vaut plus de 18 fois Apple (1,6 trillions de dollars contre 87,3 milliards).  On ne compte plus les marques qui utilisent ce vieillard bedonnant dans leur stratégie marketing (Coca-Cola en est l’exemple parfait).

La plus grande marque du monde. 

Les pays nordiques ont bien saisi l’importance de ce marché et appliquent un marketing territorial tout en magie et en paillettes pour attirer les petits et les grands aux portes de la maison de Santa Claus.

Avec authenticité et convivialité, le père Noël a l’avantage d’être d’actualité chaque année, sans faute et ce pour une période de plusieurs semaines. L’éclairage médiatique est idéal pour des régions difficiles comme la Laponie, en Finlande.

L’ambassadeur parfait

Le Père Noël est un ambassadeur de marque. Pur produit imaginaire, il s’épargne les « bad buzz », les Unes des journaux people ou encore les problèmes de santé. C’est donc une image stable, authentique et au capital sympathie énorme. Pas étonnant que le monde entier veuille héberger le Père Noël (il paraitrait même qu’il dispose d’une résidence secondaire en Turquie, comme quoi).

Le « Village du Père Noël » à Rovaniemi, en Laponie finlandaise profite de ce rendez-vous médiatique pour mettre en avant son offre touristique.

Entre authenticité et modernité

Le Village du Père Noël détient un compte Pinterest, un compte TripAdvisor ou encore une webTV très dynamique. Avec ces outils marketing dernier cri, l’offre touristique a tout pour nous séduire.

 En deux décennies, Rovaniemi est devenue l’une des destinations phares des touristes pendant l’hiver. Jusqu’à 20 charters y atterrissent par jour en ce moment.

La compagnie aérienne nationale Finnair se veut le « transporteur officiel du Père Noël« .
« Plus de 60% des revenus liés au tourisme à Rovaniemi se font en hiver, entre début Décembre et mi-Janvier. »

Cependant, s’appuyer sur l’image du Père Noël est risqué pour la Finlande qui connaît des changements climatiques importants. L’hiver finlandais est amené à être plus bref :

Les chercheurs font remarquer que le tourisme devra s’adapter au manque de neige et de glace dans la région.

Le manque de neige pourrait remettre en cause l’ensemble de son offre touristique construite autour des abondants flocons et des reines. Cela risque de « tuer » le Père Noël.

Sources : Thèse « Les changements climatiques finiront-ils par tuer le père Noël ? » de C. Michael Hall, Wikipédia, Le Figaro, European Commission.

Publicités